Au printemps 2016, nous avions effectué une étude auprès du personnel et des cadres de plus de 80 entreprises en Suisse Romande qui visait à identifier ce qui contribue le plus à créer l’engagement du personnel – les contacts, la collaboration (entre employés et avec le management), le respect/la reconnaissance, la charge de travail, les moyens à disposition ou encore l’image de l’entreprise et l’organisation – et, ainsi, à déterminer les actions prioritaires à mettre en place au niveau des relations/ressources humaines.

Le salaire et les prestations sociales contribuent peu à l’engagement du personnel envers son employeur.

Spécialisés dans la compréhension des motivations d’achat, du positionnement des marques, …, nous avons utilisé notre méthode Midas© unique pour réaliser une étude sur la question du Bonheur/Stress au travail ⇒ Un savant mélange entre la perception de notre univers professionnel ET notre sentiment de bien-être personnel qui a pour but d’identifier les facteurs qui contribuent à ce que les employés/cadres se sentent bien dans l’entreprise et ainsi d’augmenter l’engagement des équipes.

Nous avons le plaisir de partager avec vous les premiers résultats

Les répondants sont en majorité des personnes de 30 à 50 ans, cadre au niveau manager, et travaillant dans une maison mère au niveau national. La moitié sont de sexe féminin.

Les ressentis les plus favorables par rapport à l’Entreprise concernent les relations avec les autres : les bons contacts avec les collègues et ceux des autres départements, faculté de se comprendre. Mais aussi l’intérêt au travail. Alors que les éléments perçus comme les moins favorables concernent les rapports avec la Direction, les prestations sociales, l’avenir et l’avancement, l’écoute. En fait, l’impression que l’on ne reçoit pas toujours l’équivalent de ce que l’on apporte.

Ce qui contribue à vous rendre heureux (L’analyse Midas© a permis de calculer ce qui contribue à votre bonheur dans votre Entreprise) : « L’osmose entre vous et votre employeur provoque la détente. Travailler sans frustration dans le cadre d‘une équipe et dans une branche d’avenir avec des prestations sociales dignes. La possibilité de progresser grâce à des stages de perfectionnement et le  soutien d’un chef juste et compétent. »

10 à 20% de la population interrogée se trouve en situation de “pré-stress” ou en phase de le devenir. Cet indice varie selon les catégories socio-économiques et professionnelles. Les signes avant-coureurs sont la fatigue, l’irritabilité et le changement dans le sommeil. Les conséquence principales sont l’humeur, la concentration et l’engagement. Les sources de ce stress peuvent être diverses, mai l’on peut noter principalement: les moins bonnes relations avec la hiérarchie, l’impression d’injustice, le cadre du travail peu agréable et le travail considéré comme non intéressant dans une branche sans avenir.

Mais, l’analyse dépend énormément de l’entreprise, du département et du domaine dans lequel votre société est active,

c’est pourquoi nous proposons des diagnostics personnalisés…

Aimer son travail est plus important que le salaire…

Bien que les vendeurs, dans leur ensemble, sont relativement peu satisfaits des prestations sociales, l’analyse a démontré que dans la mesure où elles restent dans des limites encore acceptables, d’autres facteurs sont plus importants, comme par exemple l’organisation du travail ou l’atmosphère entre collègues (particulièrement dans la grande distribution).

Pour les cadres des grandes entreprises, où la politique et la carrière occupent tous les esprits, les qualités humaines du chef de qui l’on dépend (son écoute et son soutien) et l’influence que l’on peut avoir sur les autres sont les deux critères les plus importants.

on n’espère plus, être évalué de manière juste et adéquate ! 

Si les qualités professionnelles du chef, ou le fait d’être évalué de manière juste et adéquate par l’entreprise sont des attentes auxquelles les employés et les cadres ont renoncés, par contre, la qualité professionnelle des collègues est un élément fortement corrélé à l’engagement que l’on mettra dans la réalisation de ses tâches.

L’image de la multinationale suffit à donner des ailes aux employés qui retirent une grande fierté de travailler dans une entreprise prestigieuse. Ajouter à cela le sentiment de solidité financière et de sécurité en l’avenir et le cadre se sentira prêt à y faire carrière tout en restant conscient de la fragilité de son avenir personnel dans l’entreprise.

Dans les PME, l’intérêt du travail, le partage des valeurs de l’entreprise et la bonne entente au sein de l’équipe sont les 3 axes primordiaux pour avoir du personnel motivé.

Chacun de ces facteurs est propre à chaque Entreprise et varient fortement d’un département/d’une succursale à l’autre.

Des frustrations qui peuvent générer de l’infidélité

Même si les vendeurs sont en contact permanent avec l’extérieur, ils ressentent un sentiment d’isolement par rapport à l’entreprise et souffrent du manque de contacts sociaux, sans parler du manque de perspectives de progression. De leur côté, les cadres des multinationales ont une frustration latente dû au fait qu’ils ont l’impression de donner beaucoup plus à leur entreprise qu’ils ne reçoivent, sous pression au niveau des horaires et stressé par la gestion des urgences et des meetings. Les injustices de traitement entre employés sont corrélées au manque d’écoute de la part de la direction mais aussi aux salaires (pas en adéquation avec les attentes) et au manque de perfectionnement. Mais bien évidemment, cela varie selon le type d’entreprise et de fonction.

Diagnostic et Action

Une analyse individuelle par entreprise nous permet de déterminer les priorités, globales et par secteur (département, activité, catégories d’employés, magasin), en identifiant

  • Les éléments les plus susceptibles d’amélioration
  • Contribuant le plus à ce que le personnel s’identifie à l’entreprise et s’y engage.

L’Entreprise peut ainsi mettre maintenant en route un plan social global et par secteur, visant à réaliser à moyen terme un retour important sur investissement.


Pour en savoir plus,

vous pouvez consulter la page internet consacrée à « Midas Ressources Humaines » ou nous contacter par mail à obailly@ecsmarketing.ch ou au 022 548 11 50.


Si vous souhaitez réaliser cet audit dans votre entreprise ou département,

merci de nous contacter par mail – obailly@ecsmarketing.ch – afin d’en discuter.


Si vous désirez découvrir le questionnaire de l’étude, cliquez ICI

Le questionnaire dure 10 min. Vos réponses ne seront ni conservées, ni analysées.

N’hésitez pas à transférer cet article à vos connaissances.

 DÉCLARATION DE CONFIDENTIALITÉ

  • ECS s’engage formellement à ne jamais divulguer à des tiers des informations vous concernant, et relatives au questionnaire. Vos données ne seront pas stockées par l’administrateur du questionnaire. Elles ne seront jamais en notre possession.
  • Vous vous engagez à n’utiliser ce questionnaire qu’à des fins personnelles. Aucune reproduction même partielle n’est autorisée sans l’accord expresse de la société ECS-Conseil SA
  • Le panel « ECS- bonheur au travail » permet d’effectuer des analyses statistiques portant sur le phénomène auprès de la totalité des répondants, ou sous-groupes de min. 5 à 10 personnes.